5 questions avec Macha Gharibian

macha-gharibian-062-2_recadrée-def

5 questions avec Macha Gharibian | 5 Questions with Macha Gharibian

Chanteuse, pianiste, auteure, compositrice, élevée sur les routes et sur les traces d’un père musicien, sa musique, une espèce de jazz folk pop élégante, aurait mystérieusement vu le jour entre Paris, New York et Erevan. Diplômée de l’Ecole Normale de Musique de Paris et résidente de l’Abbaye de Royaumont, Macha Gharibian répond à cinq questions que lui a posées sa collaboratrice Sasha Amaya.


Q: Qu’est-ce qui vous semble le plus intéressant et le plus difficile dans l’écriture de musique pour la danse?
EN: What do you find most interesting and most challenging in writing music for dance?

R: Créer une relation à l’espace sonore et une dimension en lien avec le sens des corps en mouvement plutôt que la musique à elle seule.

EN: To create a relation to the sonic space and a dimension in line with the sense of movement bodies rather than the music by itself.

Q: C’était l’une de vos premières expériences avec la musique sur ordinateur. Quel était le plus gros défi? Quelle était la plus grande joie?
EN: This was one of your first times working with computer music. What was the biggest challenge? What was the biggest joy?

R: En fait ce n’était pas la première fois que je créais de la musique avec l’ordinateur, j’ai déjà composé des musiques de film sur ordi, mais je voulais y revenir avec mon nouveau matériel, de nouveaux micros, et mon studio mobile. Je voulais aussi utiliser mon expérience du live, et de mes précédents albums. Mais c’est la première fois que j’ai eu à mixer une bande son avec des sons synthétiques et des instruments acoustiques que j’ai enregistrés, et la projeter dans l’espace spécifique où les danseurs allaient jouer, qui plus est avec l’acousmonium. C’était une première et j’ai adoré faire ça!

EN: Actually, it was not my first time working with computer music. I already did a few projects with music for film, but I wanted to go back to it with my new materials, microphones, and mobile home studio. I also wanted to use my live experience, and my previous albums. But [that said] it was the first time that I had to mix a soundtrack with both synthetic sounds and acoustic instruments that I had recorded, and to project these sounds into a specific space where the dancers would play – not least with an “acousmonium”! That was a first, and I really enjoyed doing that!

IMG_0147

Q: Quel a été votre moment musical préféré dans votre composition?
EN: What was your favourite musical moment in your composition?

R: La partie du saxophone ! J’adore quand il entre et donne l’impression d’un animal qui crie.

EN: The saxophone part! I love when it enters and gives the impression of a crying, screeching animal.

Q: Comment décririez-vous dans trois adjectifs le produit de la danse et de la musique que nous avons créés ensemble pour notre prototype?
EN: How would you describe in three adjectives the product of dance and music we created together as our prototype?

R: Futur, espace, bataille – ou en adjectifs: anticipé, spacieux, guerrier.

EN: Future, space, battle – or in adjectives: anticipating, spacious, warring.

Q: Quelle chose positive pensez-vous emporter de ce processus musical dans le futur et dans vos futures compositions?
EN: What positive thing do you think you will carry away from this musical process into the future and your future compositions?

R: J’ai envie d’aller plus loin dans la production du son et la pensée de l’espace acoustique. Je vais prendre des cours à ce sujet.

EN: I would like to go further in sound production and thinking about acoustic spaces; I am going to take courses to learn more about it.

036-2

Pour en savoir plus sur le travail de Macha Gharibian, cliquez ici.
To learn more about the work of Macha Gharibian, click here.


Images: première et troisième image par Richard Schroeder avec la permission de Macha Gharibian; deuxième image par Ariane Fréjean.
Images: first and third images by Richard Schroeder with the permission of Macha Gharibian; second image by Ariane Fréjean.

Advertisements